Accueil

ABC Restauration
En vitrine
Livres
Docs en ligne

Petites annonces
Annuaire
Calendrier
Forum

Galerie photos
Expos
Musées
Boutique

Archives

Nous écrire


Démonter un roulement

Coeur d'acier fragile...

Par définition, le roulement à bille (ou à aiguilles) est l'une des pièces les plus précises mais aussi l'une des plus sensibles que l'on rencontre sur une moto. Le soin apporté à sa conception, à son usinage et à son assemblage en font un produit de qualité que l'on ne peut se permettre de traiter à la légère lors des opérations de démontage ou de remontage. Bien souvent, sur nos petites vieilles, ils sont oxydés, usés ou tout simplement encrassés. Leur remplacement est alors indispensable, mais le débutant se heurte à certaines difficultés et emploie des méthodes expéditives dont les résultats sont souvent irrémédiables pour le roulement lui même, mais aussi pour son environnement...

La manière dont est monté un roulement est toujours la même.
Soit la bague extérieure est emprisonnée dans un logement (situé dans le carter par exemple), elle est donc fixe, et c'est la bague intérieure qui tourne librement, bague intérieure sur laquelle est emmanché un axe.
Soit l'inverse...

Dans le premier cas, retirer l'axe est chose aisée car généralement, il n'est pas emmanché en force.
Reste maintenant à extraire le roulement fermement maintenu dans le carter.

Ni marteau ni burin ! De la douceur... C'est la première règle de base. La seconde est qu'il faut toujours agir sur la bague prisonnière et ne jamais faire un effort sur celle qui est libre, sous peine de détruire définitivement la cage, le chemin de roulement, les billes, et rendre ainsi le roulement irrécupérable.
Il est bien évident que lorsque l'on démonte un roulement, c'est bien souvent pour le remplacer par du neuf, mais il existe de nombreux cas où l'on doit se contenter d'un démontage, d'un nettoyage et d'un remontage ne serait ce que provisoirement.
Prudence donc !

La seule méthode autorisée, c'est la douceur et la chaleur...
Il suffit de disposer d'une lampe à souder (type Camping gaz) ou d'un décapeur thermique.
On place le carter à l'envers sur l'établi, on chauffe régulièrement et uniformément le métal du carter tout autour du roulement, le principe de la dilatation des métaux va faire son office et le roulement va ... tomber tout seul ! Efficace, sans violence et sans risque...

Si l'on souhaite récupérer et réinstaller ce roulement, après nettoyage à l'essence et à l'air comprimé, il suffit de vérifier son bon état de fonctionnement, il doit tourner librement, sans bruit, et ne présenter ni jeu ni le moindre point dur.

Le remontage est également un jeu d'enfant. Bien positionner le roulement en face de son logement (parfaitement nettoyé et dégraissé), chauffer tout autour. Le roulement doit prendre sa place naturellement, sans forcer, tout au plus on peut l'aider en poussant délicatement et uniformément avec un bout de bois sur la bague externe.
Dilater un carter en le chauffant est facile, par contre, dilater la bague interne d'un roulement pour l'emmancher serré sur un axe est impossible avec une lampe à souder.

La seule méthode efficace pour y parvenir consiste à utiliser un tube qui pourra coulisser librement sur l'axe et prendre appui sur la bague intérieure du roulement. Huiler l'axe, positionner le roulement et frapper fermement et uniformément sur le tube jusqu'à ce que le roulement ait pris sa place définitive.
Les +++ des Internautes :
"Plutot que de chauffer la pièce ou insérer le nouveau roulement, il suffit de laisser le roulement au réfrigérateur une petite heure et il rentrera tout seul ( on ne se brule pas les doigts en le positionnant )." (Benoit Evrard)

ABC Concept © 1998 / 2004